« Il faut remettre les petits commerçants dans le sens de l’histoire »

bernard-morvan-il-faut-remettre-les-petits-commercants-dans-le-sens-de-lhistoire
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Interview de Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l’habillement

Vous avez participé à la rédaction du rapport prospectif, dit Marcon, sur la revitalisation des centres-villes remis au gouvernement. Quelles sont les mesures qui vous paraissent importantes parmi celles proposées et celles annoncées ?

Le plan Action Coeur de Ville du gouvernement est d’une ampleur jamais vue. Même si les sénateurs, qui ont présenté une proposition de loi, estiment insuffisantes les mesures, c’est un chantier colossal qu’il faut lancer ! Outre la mobilisation de 5 milliards, pour 222 villes retenues à ce jour, le processus qui conduit à la contractualisation avec les financeurs, l’état, les régions et les départements doit être conditionné à la mise en place d’une gouvernance locale, véritable pilote et coordinatrice du plan sur chacun des territoires concernés. Un diagnostic partagé doit être réalisé et le plan stratégique validé avec l’ensemble des parties. C’est pour nous la mesure phare de ce rapport, sans laquelle l’objectif final risque de ne pas être atteint. Car l’espoir que ce plan insuffle oblige l’ensemble des acteurs à se parler.

Il y a urgence et la nouveauté est que cette fois, il n’y a pas d’opposition entre centre-ville et périphérie , même si dans certains cas un gel de la création de nouvelles surfaces commerciales pourra être décidé par le préfet sur proposition des élus. L’idée de microfoncières locales pour restructurer et moderniser des locaux professionnels dégradés est une mesure de ce rapport, pour une meilleure maîtrise des rez-de-chaussés et de modération des loyers. Le centre-ville a besoin d’une action d’ensemble.

Que pourraient faire les commerçants eux-mêmes ?

Les commerçants, et notamment les indépendants que je représente, doivent aller dans le sens de l’histoire. Elle s’écrira de toute façon. Il ne faudrait pas qu’ils laissent passer le train. Ils doivent comprendre que le monde change, et que les consommateurs ont changé leurs comportements d’achat. L’adaptation est nécessaire, avec des actions ciblées telle que l’amélioration des  heures d’ouvertures des magasins. Il faut passer de 40 à 50 heures par semaine. Certes, cela représente un coût, car il est nécessaire d’augmenter le nombre d’heures salariées. Mais c’est aussi du pouvoir d’achat supplémentaire, donc de la consommation en plus. On peut y arriver en étudiant les pistes du multisalariat, des groupements d’employeurs et du temps partagé, ou en utilisant les dispositifs luttant contre le chômage longue durée. Il faut aussi être présent sur les réseaux sociaux et animer les communautés de clients. Une page Facebook, ce n’est pas si compliqué…

Le commerce indépendant, notamment dans l’habillement, n’est-il pas condamné face aux mastodontes comme H & M ou Zara ?

Le commerce indépendant n’est pas sur un déclin inexorable, même si en moins de dix ans, le marché national a rétréci de 15%. Il faut retrouver de la valeur. D’abord en réduisant la part des ventes en promotion, consommatrices de marge. Il faut redonner de la valeur, aussi, au produit lui-même. Le fabriqué en France, cela plaît. A Roubaix, on travaille sur la notion de mode durable, le consommateur est en attente de propositions fortes dans ce domaine.

Reste le problème de l’outil de production, qui ne peut plus produire que pour 5% des besoins. Il faut le reconstruire. Je ne crois pas qu’il y ait une crise des vocations à devenir chef d’entreprise dans le commerce, de nombreux jeunes sont porteurs de projets solides, parmi ceux-ci de nombreux diplômés sont tentés par l’indépendance et rejettent les grosses entreprises, nous de les accompagner, de les former au sein d’écoles de commerçants.

[…]

Lire l’intégralité de l’interview sur LesEchos.fr

Source : Les Echos

Journaliste : Philippe Bertrand   

Copyright Photo : DR / Fédération nationale de l’habillement

 

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

mood_bad
  • Pas encore de commentaires
  • chat
    Participez à la discussion !

    Suivez Petitscommerces sur les réseaux sociaux !

    Recevez chaque semaine notre newsletter
    sur le commerce de proximité

    Conditions générales de vente. 

     

    La société PETITSCOMMERCES, SAS au capital de 10 000 € immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le N° 832825137 dont le siège est situé au 97 rue des Moines, 75017 Paris, est représentée par son Directeur Général, M. Maxime BEDON.

     

    Article 1 : Objet 

     

    Les présentes CGV concernent la création du portrait du commerce et l’adhésion Petitscommerces. 

     

    Article 2 : Contenu et modalités

     

    La création du portrait du commerce comprend :

    • Le déplacement en boutique
    • Le reportage photo
    • L’interview
    • La rédaction du portrait
    • La publication du portrait sur Petitscommerces (www.petitscommerces.fr)
    • Le référencement optimisé du portrait sur Google
    • La publicité locale sur Facebook et Instagram

     

    L’adhésion Petitscommerces comprend : 

    • L’hébergement du portait du commerce sur Petitscommerces 
    • Un outil de Drive-to-store
    • L’accès à un espace commerçant dédié (outils de statistiques, possibilités de mise à jour du portrait, formations vidéos sur des outils de communication numérique, coach numérique dédié, services premium)

     

    Il est entendu que l’ensemble du contenu du portrait (photos, textes) est librement utilisable par le client.

     

    Article 3 : Conditions financières

     

    Le prix des prestations est fixé à :

    Création du portrait du commerce : 350 € HT

    Adhésion Petitscommerces : 9 € HT / mois ou 90 € HT / an (selon la formule choisie)

     

    Article 4 : Entrée en vigueur et durée du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client prend effet à compter de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire. Il est sans engagement ou avec engagement d’un an (selon la formule choisie).

     

    Article 5 : Résiliation du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client est renouvelable par tacite reconduction sauf dénonciation par le client, dix (10) jours ouvrés avant son expiration par lettre ou courriel. 

    En cas de résiliation, le portrait du commerce et l’accès à l’espace commerçant sont supprimés de Petitscommerces.

     

    Article 6 : Facturation et paiement 

     

    • Portrait du commerce 

    Le portrait du commerce est facturé le jour de sa validation par le client sur petitscommerces.fr/partenaire. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire le jour de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire.

     

    • Adhésion Petitscommerces sans engagement :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée chaque trimestre à terme échu.

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).

     

    • Adhésion Petitscommerces avec engagement d’un an :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).