SOS Commerces : l’opération du JT de TF1 qui met en avant les plus belles initiatives de soutien aux petits commerces

SOS Commerces - TF1 met en avant les plus belles initiatives pour soutenir les petits commerces !2
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
6+

Dans la lignée de la chronique SOS Villages, qui aide les commerces des villages à trouver un repreneur, le JT de 13h de TF1 a lancé SOS Commerces pour aider les boutiques fermées à cause du confinement. Chaque jour, une solution pour soutenir les commerçants est présentée par Dominique Lagrou-Sempère sur le plateau de Jean-Pierre Pernaut.

Cela fait très longtemps que le JT de 13h de TF1 valorise et met en avant les petits commerçants et les initiatives locales. Pas d’exception pendant la crise sanitaire ! Après SOS Village qui a déjà permis la reprise de milliers de commerces en zone rurale, Jean-Pierre Pernaut et Dominique Lagrou-Sempère défendent les commerces de proximité chaque jour sur TF1.
 
Car si les commerces “non essentiels” sont fermés, les commerçants travaillent toujours et peuvent toujours recevoir des commandes, livrer ou faire du click&collect. La journaliste Dominique Lagrou-Sempère donne ainsi chaque jour des conseils simples pour continuer à soutenir les commerçants : les contacter par téléphone, par email ou via leur site internet pour passer commande, visiter des portails en ligne regroupant les commerces de proximité (merci d’avoir cité Petitscommerces.fr !) ou les cartes interactives de nombreuses municipalités recensant les commerces faisant de la vente à emporter.
 
 
Chaque jour, l’équipe de Jean-Pierre Pernaut présente également une belle initiative partout en France pour aider nos commerçants. Voici nos préférées.
 
 
Un bailleur solidaire à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
 
À Aix-en-Provence, un bailleur (une société foncière d’immobilier familiale) a décidé, comme lors du premier confinement, d’annuler les loyers d’une cinquantaine de commerçants indépendants, notamment à Aix-en-Provence et à Marseille. L’objectif est de maintenir le cercle vertueux d’une économie locale en centre-ville !
 
 
Des commerçants en mode “téléshopping” à Morteau (Doubs)
 
Sous l’impulsion de Sébastien Guillien, gérant de la salle de sport “Liberté Fitness” et de Martial Bournel-Bosson, commerçant, une trentaine de commerçants participent à l’émission “Morteau Shopping” pour continuer leurs activités. Esthéticienne, fleuriste, restaurateur… ils se succèdent pour plusieurs émissions de 25 minutes diffusées sur les réseaux sociaux. Une belle aventure collective !
 
Voir la vidéo ici : https://www.lci.fr/emploi/video-sos-commerces-des-commercants-jouent-les-stars-du-teleshopping-pour-sauver-leurs-activites-2169596.html
 
 
Le click & collect à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) et Lille (Nord)

Alors que les commerçants peuvent toujours travailler en prenant des commandes, de nombreux commerçant ont mis en place un système de “click and collect”.
 
À Pont-à-Mousson, Rachel Goncalves a créé pour la première fois un site Internet. Pour l’aider, la CCI de Meurthe-et-Moselle a mobilisé un conseiller en numérique qui va former les commerçants dans leur boutique.
 
Voir la vidéo : https://www.lci.fr/conso-argent/video-sos-commerces-comment-venir-en-aide-aux-commerces-de-proximite-2168840.html
 
À Lille, le salon de thé “L’impertinente”, qui emploie une dizaine de personnes,900 commandes par semaine. De nombreux Lillois se déplacent ainsi en centre-ville pour s’offrir des sablés, des cheese-cakes ou de délicieuses barres chocolatées…
 
Voir la vidéo : https://www.lci.fr/emploi/video-sos-commerces-ces-salons-de-the-qui-resistent-grace-a-la-vente-a-emporter-2169404.html
 
 
Une boutique de jeux qui se filme sur les réseaux sociaux à Montpellier (Hérault)
 
Depuis l’annonce du reconfinement, le magasin de jeux “Lud’m” de Adrien Patureau à Montpellier s’est lancé sur les réseaux sociaux. Avec une tablette, Adrien se filme dans sa boutique et présente ses jeux préférés. Et cela marche ! Les clients passent commande directement sur sa page Facebook, après avoir découvert les jeux sur les vidéos tournées par Adrien.
 
Voir la vidéo : https://www.lci.fr/conso-argent/video-sos-commerces-cette-boutique-de-jouets-vous-les-fait-decouvrir-en-video-2169507.html

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

  • Arnaud MINET
    13 novembre 2020 at 13:23

    Bonjour,
    Je suis perdu…
    Je suis artisan cordonnier, et je ne sais toujours pas si je peux travailler ou pas ?
    J’ai des échos dans les deux sens, mais aucune certitude ! Pourriez-vous me renseigner, si les cordonneries font l’objet d’une fermeture administrative ou pas, car de là dépend l’indemnité que je pourrais percevoir début décembre ?!
    Merci pour votre réponse 🙂 !

    Cordialement. Arnaud Minet

  • Martial PORTAIL - 63600 AMBERT
    17 novembre 2020 at 15:57

    Bonjour.
    En tant que commerçant, je tenais à témoigner de la véritable catastrophe que le gouvernement est en train de faire vivre aux petits commerces.
    Avec ma compagne, nous avons créé un magasin de lingerie haut de gamme, doublé d’un site Internet, dans la ville d’AMBERT (63), ouvert en septembre 2019 (!)
    2020 devait être notre année test pour confirmer nos espoirs de réussite, finalement cela se traduit par une année maudite, amputée d’un TRIMESTRE de chiffre d’affaires pendant les différents confinements. Notre seule chance : ne pas avoir de salariés ! Bien sûr, nous ne nous rémunérons pas non plus, préférant vivre sur nos économies et baissant la tête pour laisser passer la tempête.
    Mais aujourd’hui, c’est l’incompréhension et le sentiment d’injustice qui nous animent. Pourquoi, alors que nous avions mis en oeuvre tous les systèmes de sécurité sanitaire préconisés pour accueillir nos clients en toute sécurité, pourquoi nous avoir fait fermer juste au moment où nous pouvions espérer limiter la casse, avec les ventes de fin d’année.
    Il est inadmissible qu’un gouvernement détruise l’économie de son pays pour une maladie qui, au 16/11/20, à tué 0,06 % de la population…! Que devienne les 99,94 % autres ?
    Le COVID ne tuera pas que des gens affaiblis, mais aussi nombre d’entreprises, sans compter les dépressions, licenciements et autres maladies psychologiques qui en découleront.
    Nous, petits commerçants, avons besoin de votre écho pour espérer être un peu entendu, car, même avec nos organisations représentatives, nous ne faisons pas assez de poids dans la discussion pour la réouverture.
    Le plus ironique, c’est que ce sera sans doute l’obligation de la fermeture des rayons “non-essentiels” dans les supermarchés qui fera le plus de bruit, car maintenant, les gros hypers sont dans le même bateau que nous et ont tout intérêt à se faire entendre pour un réouverture rapide !!
    Merci à vous de relayer notre malaise vital sur votre antenne et espérons qu’un sursaut de jugeotte envahira les esprits ministériels !
    Restant à votre disposition pour tout commentaire supplémentaire,
    Bien cordialement
    Martial PORTAIL
    Boutique LUTINE
    63600 AMBERT
    06 07 82 61 70
    martial.portail.63@gmail.com

  • Patrick
    18 novembre 2020 at 13:09

    Chauffeurs privés, VTC, taxis, on est autorisé à travailler mais le gouvernements confine nos clients.

  • Jean paul gislard
    18 novembre 2020 at 13:20

    Je me permet de vous joindre suite a l interdiction de travailler en tant que sur les marchés mais les magasins fleuristes peuvent faire du drive et vente a emporter en ne recevant aucun clients dans leurs magasins normal Mais moi je suis deja dehors et travaille dehors donc puis je ouvrir les portes de mon camion et donner aux clients leurs fleurs sous la meme forme de drive paiement par cb sans contact avec distributeur de produit alcoolique et masques bien sur pour tous Merci de porter attention a ma demande malgres votre surcharge de travail actuellement

  • LEFORT STEPHANIE
    18 novembre 2020 at 17:31

    A MONTREJEAU HAUTE GARONNE PAR SOLIDARITE

  • LEFORT STEPHANIE
    18 novembre 2020 at 17:44

    A MONTREJEAU HAUTE GARONNE PAR SOLIDARITE LE MAGASIN DE BRICOLAGE WELDOM OFFRE DES BONS D’ACHATS QUE SES CLIENTS POURRONT UTILISER CHEZ LES COMMERCANTS DU CENTRE VILLE SUITE A LA FERMETURE DES COMMERCES NON ESSENTIELS.

  • Gasnier
    19 novembre 2020 at 13:16

    Et si les municipalités (ré) ouvraient des places de stationnement en centres ville ? Ça fait des années que les maires en suppriment…

  • SOLER
    19 novembre 2020 at 13:25

    Bonjour

    Pourquoi ne faites vous pas un site reprennant les commerçant ayant mis en place le clic and collecte
    Par Departement
    Un peu dans le meme style que Sos village

  • Ancelin
    19 novembre 2020 at 13:27

    Coup de gueule pour les petits commerces
    Je vous site la solidarite des associations de Parents d’eleves et des responsables de comite entreprise qui commandent leurs chocolats pour Noel sur des sites marchands et font des bons achats en grande surface au lieu de venir dans leur boutique locale
    Merci à eux !!!

  • jean helfer
    19 novembre 2020 at 14:44

    Je suis désespéré ! Le compte en banque de mon commerce dans le 7eme arrondissement de Paris a été saisi par le service des impôts au motif d’intérêts de retard pour la remise de mon bilan 2017/2018.

    Mon expert comptable est mort en juin 2017. J’ai déposé à l’époque l’acte de décès et un courrier du Conseil de l’Ordre des experts comptables prévenant qu’aucune déclaration ni bilan ne serait déposé tant qu’un repreneur ne serait pas désigné.

    Non seulement le service des impôts bloque le compte alors que nous n’avons pas le droit d’exercer notre profession mais cela bloque l’accès à l’aide Covid du 4 décembre pour le confinement du mois de novembre.

    Je suis indépendant : je n’ai pas le droit au chômage ni à aucune indèmnité journalière.

    Le gouvernement clâme quotidiennement que les entreprises seront soutenues. En fait nous n’avons pas le droit de gagner notre vie et l’administration insensible nous plonge d’avantage la tête sous l’eau en siphonnant le peu qu’il restait sir le compte.
    Je vais tout perdre !

  • bournet
    19 novembre 2020 at 15:30

    bonjours je commerçant forains fêtes foraines de ile de France dont la fête des loges nous sommes très touché par la covid19 par de travaille depuis le début espérons pouvoirs ouvrir avec les manège dans les centre ville comme les autres commerce merci a vous recevez mes sincères salutations nous sommes les oublier de la France

  • Nadine MANGUE
    19 novembre 2020 at 17:47

    Bonjour,

    Une toute jeune brasserie artisanale dont les débuts ont été fortement impactés par la crise sanitaire a eu la bonne idée de réaliser un ” bierothon”.
    Quesaco?
    La brasserie offre à un commerce en difficulté un fût de bière de 30 litres dès lors qu’elle a vendu 300 canettes.
    MAIS PAS QUE….ET SURTOUT…
    Chaque semaine sur sa page Facebook, la brasserie présente, met en avant, soutient un revendeur, un commerce de proximité, un restaurant, bar etc…
    Belle solidarité et une aide appréciable entre commerçants en ces temps difficiles !
    Allez jeter un coup d’oeil sur leur page Facebook : Brasserie des 1000 étangs (Faucogney et la mer – 70310 – département de la Haute Saône).
    Bien cordialement.

    Nadine MANGUE

  • SEGAL
    19 novembre 2020 at 18:36

    Est une info ou une infox si c’est une vrai info pourquoi n’en parle t on pas ?
    article sur facebook parue le 18 novembre 2020 : “deuil j’y participe : les dommages collatéraux de la crise sanitaire Alysson Jadin, jeune coiffeuse de la rue Saint Gilles est décédée. Cette barbière de 24 ans venait d’ouvrir son salon au mois d’août dernier et faisait face à d’importantes difficultés financières….”

  • Caille
    19 novembre 2020 at 21:11

    À 30 ans cela fait 4 ans que je suis a mon compte un jeune commerçant qui se rend compte de tout ce qu’il faut payer pour avoir peut de retour !

    Du click and collect.. C’est bien beau, mais pas pour tout le monde, magasin de matériel de pêche implanté dans le 95. Comment puis-je vendre du matériel, appâts, amorces,… Mais mes clients ne peuvent pas aller à la pêche.

    Les pêcheurs de loisir ne peuvent aller au bord de l’eau, mais nous pouvons aller faire nos courses à 1000 dans un grand magasin, et amené nos enfants dans les écoles..

    Merci a Jean Pierre et toutes les équipes de TF1 de parler des petites commerçants.

    Jerome Caille.

  • Michelle Roge
    20 novembre 2020 at 8:33

    Bjr , je voudrais parler de ma niece qui en cette période de confinement a eu l idée d investir dans un camion pour parcourir sur un rayon de 10 a 15km voir plus afin de vendre des produits frais et autres ( la palette est grande) a des personnes qui sont tres eloignées d un grand centre ville ..cela se passe a coté de saint jean de duras … je trouve l initiative belle car je pense aux personnes agées qui n ont rien pour se deplacer ca leur apporte aussi un peu de reconfort … j aurais aimé que cette belle et jolie aventure soit dites … merci
    Cordialement
    Michelle

  • veronique raynaud
    20 novembre 2020 at 13:46

    je suis benevole depuis 20 ans dans le roller quade quand j’ai appris la fermeture sanitaire
    du roller dance de clermont l’herault ça ma fait pincement au coeur, j’ai fait cagnitote en ligne
    mais je crois que ça suffit pas donc j’envoie un cri de detresse pour la plus grande piste de roller dance de france, merci a vous!

  • Sophie
    21 novembre 2020 at 19:09

    Moi c’est Sophie. Mon grand père était photographe. Il a eu 7 enfants, 5 photographes. Puis dans la génération suivante 5 photographes également… moi je suis à Roye dans la Somme ( Picardie) le magasin à 60 ans cette année. Ma maman se 85 ans m’aide encore !!! 38 ans au magasin , j’ai repris le magasin de mes parents il y a 15 ans. Cette situation est impensable !!! On parle des coiffeurs, des esthéticiennes, des tatoueurs etc mais les photographes eux aussi souffrent beaucoup. Sans clients à photographier on ne peux rien faire. Le click ans Connect ne sert à rien pour nous … on se sent bien oublié et pourtant sans photos , sans souvenirs que serions nous ??? Ne nous oubliez pas jean – Pierre et Dominique.

  • Gregoris Dominique
    22 novembre 2020 at 11:03

    Combien de villages et de centre villes sont morts, suite a la fermeture des petits commerces. On a dit que c’était du à la grande distribution et a l’e- commerce. Mais, aujourd’hui, c’est la guerre contre le Covid qui affament et tuent les petis commerces, mais pas que, le monde du spectacle, les salles de sport, les discoteques, etc.. Que faut- il pour que l’Etat réagisse et les aide, certes la réouverture aidera la plupart a repartir , mais certains, n’auront pas cette chance car les 2 confinements, sans rentree d’argent, les auront couverts de dettes et ils devront se résoudre à cesser leur activité . Alors, pourquoi pas ce Loto du patrimoine ‘petits commerces en péril ‘ cela n’entamera pas le budget de l’état, car ce sont les FranÇais qui donneront leurs contributions. Et si jouer déplait a certaines personnes, on peut lancer un TELECOVID comme le Telethon, les acteurs seraient les commercants et tous ceux que l’on empeche de travailler. D. Gregoris

  • Soufflot Catherine
    23 novembre 2020 at 13:32

    Bonjour,
    Je regarde tous les jours le journal mais personne n’a parlé des magasins dépendant des activités de loisirs. En effet, je suis gérante d’un boutique qui vend tout ce qui se rapporte à la danse. Mon activité s’est trouvée deux fois à l’arrêt total mais il faut savoir que mon activité fonctionne au ralenti pendant les vacances scolaires. Tous les concours de danse ont été annulés donc plus de besoin pour les danseuses et danseurs ! Plus de galas annuel non plus pour les petites associations . Mon chiffre d’affaires a baissé considérablement -80% depuis le début de l’année.
    Il faut à tout prix faire fonctionner le commerce local et non pas se diriger sur internet auprès des grandes entreprises.
    Merci de m’avoir permis d’écrire ces quelques lignes.

  • karine
    23 novembre 2020 at 16:18

    et les agences de voyages elle aussi vont mourir

  • Victor PIMENTEL
    24 novembre 2020 at 13:18

    Bonjour à vous, voici maintenant bientôt 5 ans que j’ai créer le premier café restaurant salon de thé coworking et boutique de plantes, depuis un an maintenant jour pour jour (gilet jaune, greve des transports et maintenant la Covid) il est excessivement dur de maintenir mon commerce a flot et de maintenir une énergie pour maintenir tout cela a flot !
    création d’un site internet pour une visibilité meilleure, être actif le plus possible sur les réseaux sociaux (Facebook, instagram) se lancer sur la vente à emporter aussi bien au niveau restauration (uber eat, just eat qui a été un fiasco total, maintenant me suis lancé avec une startup française “Pulp” depuis 4 mois mais tres tres peu d’impact 1 cde par mois!)
    Au niveau plantes, je procède de la même façon avec une collaboration de la chambre des métiers pour mètre en place le click & collect sur leur plateforme …
    que faire, que faire tout cela demande une énergie personnelle et financière pour des résultats très faible ….
    vous pouvez regarder mon site internet http://www.les2aucoin.fr , Facebook ou Instagram
    Merci de nous aider
    Victor

  • DA COSTA STEPHANE
    25 novembre 2020 at 14:01

    bonjour
    je voudrais remercier la MAIRIE de LAXOU qui soutient les petits commerces en augmentant la taxe foncière des entreprises !!!!!

  • MARIE AGNES THOMAS
    25 novembre 2020 at 18:22

    et les jeunes artistes de rue qui travaillent avec des animaux ( chiens/oies/moutons) , que va-t-il advenir d’eux ? ils sont au bord du gouffre ? 70 spectacles annulés, pas de rentrées d’argent ? comment nourrir toutes ces bêtes ? et comment rebondir quand on a aucun espoir , aucune visibilité, aucun avenir : certains sont en burn-out, je pense prêts à se supprimer . Ils ont voués leur vie à leurs animaux et ils ont l’impression d’avoir raté leur vie professionnelle et leur vie personnelle car bien sûr que tout cela retentit sur leurs relations perso . c’est le cas de mon fils mais aussi de tous ces artistes ” animaliers” comme on dit. Je le vois s’enfoncer et que puis-je faire ?

chat
Participez à la discussion !

Conditions générales de vente 

 

La société PETITSCOMMERCES, SAS au capital de 10 000 € immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le N° 832825137 dont le siège est situé au 97 rue des Moines, 75017 Paris, est représentée par son Directeur Général, M. Maxime BEDON.

Article 1 : Objet 

Les présentes CGV concernent l’adhésion et l’abonnement à Petitscommerces (www.petitscommerces.fr).

Article 2 : Contenu et modalités

L’adhésion à Petitscommerces comprend :

  • Le déplacement en boutique
  • Le reportage photo
  • L’interview
  • La rédaction du portrait
  • La publication du portrait sur Petitscommerces
  • Le référencement optimisé du portrait sur Google

L’abonnement à Petitscommerces comprend : 

Offre Essentiel :

  • L’hébergement du portait 
  • La mise à jour du portrait
  • Des outils de statistiques
  • Un outil de Drive-to-store
  • Des tutoriels vidéos 
  • Des webinars
  • Un coach numérique dédié
  • Un groupe d’entraide

Offre Boost+ :

  • L’hébergement du portait 
  • La mise à jour du portrait
  • Des outils de statistiques
  • Un outil de Drive-to-store
  • Des tutoriels vidéos  
  • Des webinars
  • Un coach numérique dédié
  • Un groupe d’entraide
  • Une campagne annuelle de publicité locale sur Facebook
  • Une campagne annuelle de publicité locale sur Instagram
L’ensemble du contenu du portrait (photos, textes) est librement utilisable par le client.

Article 3 : Conditions financières

Le prix des prestations est fixé à :

Adhésion à Petitscommerces : 350 € HT

Abonnement à Petitscommerces (au choix) : 

  • Offre Essentiel : 90 € HT / an (sans engagement)
  • Offre Boost+ : 290 € HT / an (sans engagement)

Article 4 : Entrée en vigueur et durée du contrat

Le contrat entre Petitscommerces et le client prend effet à compter de la validation de l’adhésion sur https://www.petitscommerces.fr/partenaire. Il est renouvelable tous les ans par tacite reconduction. 

Article 5 : Résiliation du contrat

Le client peut mettre fin au présent contrat dix (10) jours ouvrés avant son expiration par lettre ou courriel. 

En cas de résiliation, le portrait du commerce et l’accès à l’espace commerçant sont supprimés de Petitscommerces.

Article 6 : Facturation et paiement 

  • Adhésion :

L’adhésion est facturée le jour de sa validation par le client sur petitscommerces.fr/partenaire. 

Le paiement se fait par prélèvement bancaire le jour de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire.

  • Abonnement :

L’abonnement débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

L’abonnement est facturé le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).