Pourquoi les petits commerces sont indispensables à la magie de Noël

ok
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

C’est bientôt Noël ! Comme rarement dans l’année, les rues des centres-villes s’animent, les familles se retrouvent et les enfants s’impatientent ! Les commerces se remplissent, aussi. Parce qu’ils font partie de la magie de Noël.

Noël, une fête commerciale ? Avec 68 milliards d’euros dépensés par les Français pour les cadeaux, la décoration, les repas et les transports, difficile de l’appeler autrement ! On sait aussi que, pour les commerçants, Noël est une période cruciale, qui apporte souvent une grande partie de leur chiffre d’affaires annuel. 

Il faut dire que les Français aiment Noël ! Et quand on aime, on ne compte pas. Même dans les périodes difficiles, leurs dépenses restent stables voire augmentent légèrement pendant les Fêtes. En moyenne, ils dépensent plus de 300 euros dans les cadeaux et près de 200 euros dans les repas. Mais les Français sont différents de leurs voisins : ils dépensent dans les commerces. Oui, Internet progresse chaque année. Mais plus de 80% des dépenses de Noël sont encore réalisées dans le commerce physique ! Ce chiffre est impressionnant alors que l’on peut aujourd’hui presque tout commander en ligne.

Au Petit b, café-librairie à Nantes, tout est fait-maison et avec amour par Béatrice, même les gâteaux de Noël !

Et si la majorité de ces achats sont effectués dans la grande distribution, les Français plébiscitent particulièrement les commerces indépendants à Noël. Pourquoi ? Parce que les achats de Noël sont avant tout des achats “plaisir”. On veut faire plaisir à sa famille et à ses amis avec des cadeaux originaux, on veut faire plaisir à ses convives autour d’une belle et bonne table et l’on veut se faire plaisir avec de beaux vêtements et une décoration chaleureuse. Au fond, c’est une question de valeurs. Les Français apprécient et recherchent (de plus en plus) la qualité, l’authenticité, le savoir-faire, et le côté humain des petits commerces. 

A Paris, chez le fleuriste Les Jasmins d’Andalousie, ce sont les enfants qui ont décoré le sapin de Noël ! Une initiative saluée par tout le quartier !

Acheter son sapin chez son fleuriste, demander conseil à son boucher pour la cuisson de la viande, ou à son libraire pour un cadeau, ce n’est pas la même chose qu’aller au supermarché ou sortir son ordinateur. Si le critère financier reste un élément déterminant pour les Français, de plus en plus privilégient néanmoins la qualité à la quantité.

Enfin, le commerce indépendant n’est jamais qu’une seule affaire de commerce. Qui a financé ces jolies illuminations dans votre rue ? Qui a eu l’idée de ce petit marché de Noël avec des créateurs locaux ? Qui organise ce jeu-concours et ces animations pour les enfants avec le Père Noël ? Bien souvent, ce sont les petits commerçants de votre ville.

Alors que serait Noël sans les petits commerces ? Paradoxalement, Noël ne serait plus qu’une fête commerciale ! Si nous voulons conserver la magie de Noël dans nos villes et dans nos vies, consommons local et indépendant !

Sources : Études du Centre de recherche de la vente (CRR) et YouGov

Photo de couverture : La devanture de la boutique de jouets M’Art Jolie rue des Batigolles à Paris, qui a gagné le 1er concours de vitrines de Noël organisé par Petitscommerces ! 

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

mood_bad
  • Pas encore de commentaires
  • chat
    Participez à la discussion !

    Suivez Petitscommerces sur les réseaux sociaux !

    Recevez chaque semaine notre newsletter sur le commerce de proximité