La revitalisation des centres-villes est un enjeu de société

2138124_la-revitalisation-des-centres-villes-est-un-enjeu-de-societe-web-tete-0301019122965
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Face aux grandes surfaces périphériques, nos centres-villes se meurent. Le citoyen-consommateur, avec l’appui du politique, peut agir pour les sauver.

La fermeture progressive des commerces des centres a rendu la dévitalisation visible par tous. Mais elle cache une réalité bien plus profonde marquée par la dégradation de l’habitat, la fuite des équipements et des services du quotidien ou encore la diminution de la population et sa paupérisation.

Lieu de vie

Les rapports se sont accumulés qui démontrent de manière irréfutable que les coeurs de villes sont désormais fatigués et parfois s’arrêtent de battre. Le constat est partagé par tous. Mais il reste à mettre en oeuvre des solutions. Il y en a. Plusieurs pays voisins, comme l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas ou le Royaume Uni ont mieux protégé leurs centres que nous. En France même, certaines collectivités parviennent à lutter contre ce que certains présentent comme un déclin inexorable.

Mais les forces en jeu sont considérables. Du côté de la préservation des centres, la prise de conscience désormais établie qu’il ne s’agit pas que d’une affaire de commerce, d’entreprises ou de concurrence, mais bien d’un enjeu de société.

Et cet enjeu n’est rien moins que notre conception de la ville et du lien social. Veut-on la pérennité de la ville à l’européenne, avec un centre, lieu de vie sociale, citoyenne, culturelle, religieuse… Bref, un lieu de vie collective et d’identité ? Ou veut-on des cités-dortoirs reliées à des périphéries commerciales par des infrastructures certes performantes mais déshumanisées ?

Trop de surfaces commerciales en périphérie

De l’autre côté, la multiplication inconsidérée des surfaces commerciales en périphérie : entre 1994 et 2009, ces surfaces ont crû, avec la progression de la grande distribution, de 60 %. Dans le même temps, la consommation finale des ménages augmentait en volume de 38 % seulement !

Quel élu local n’a pas subi la « concurrence » que font jouer les grands groupes entre les collectivités ? Et qui se traduit parfois par une « menace » plus ou moins voilée d’implantation dans une commune voisine, avec les emplois et les ressources fiscales afférentes, si une construction de grande surface est refusée.

Vers un moratoire ?

Mais les grandes surfaces  ne sont pas les seules responsables. Elles ont beau jeu d’affirmer qu’elles ne font que suivre le consommateur. Il est bien l’une des forces qui jouent actuellement contre les centres ! Il doit en prendre conscience et rééquilibrer ses modes d’achat, à charge pour les pouvoirs publics de lui faciliter la tâche et de l’encourager.

C’est d’autant plus important que ledit consommateur est aujourd’hui le support d’une nouvelle force qui peut mettre en danger les centres ou leur donner un coup de fouet, si le virage est bien pris par le commerce de détail, par exemple en rénovant l’expérience d’achat :  le e-commerce.

Ces forces sont telles que des mesures légères ne suffiront pas pour enrayer le déclin des centres. Il faudra des actions fortes qui déplairont à certains. Pour le Sénat et notre groupe de travail, représentatif de tous les groupes politiques et de toutes les commissions permanentes concernées, tout est sur la table, y compris un moratoire sur les implantations de grandes surfaces, la simplification des règles d’urbanisme, ou encore la refonte de la fiscalité applicable aux différents types de commerces. Nous attendons que le sujet soit mis à l’ordre du jour de la conférence nationale des territoires.

Martial Bourquin (PS) et Rémy Pointereau (LR) sont les rapporteurs du groupe de travail du Sénat sur la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs.

Lire toute la tribune de Martial Bourquin sur LesEchos.fr

Source : Les Echos / Le Cercle

Auteur : Martial Bourquin

Copyright Photo : AFP

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

mood_bad
  • Pas encore de commentaires
  • chat
    Participez à la discussion !

    Suivez Petitscommerces sur les réseaux sociaux !

    Recevez chaque semaine notre newsletter
    sur le commerce de proximité

    Conditions générales de vente. 

     

    La société PETITSCOMMERCES, SAS au capital de 10 000 € immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le N° 832825137 dont le siège est situé au 97 rue des Moines, 75017 Paris, est représentée par son Directeur Général, M. Maxime BEDON.

     

    Article 1 : Objet 

     

    Les présentes CGV concernent la création du portrait du commerce et l’adhésion Petitscommerces. 

     

    Article 2 : Contenu et modalités

     

    La création du portrait du commerce comprend :

    • Le déplacement en boutique
    • Le reportage photo
    • L’interview
    • La rédaction du portrait
    • La publication du portrait sur Petitscommerces (www.petitscommerces.fr)
    • Le référencement optimisé du portrait sur Google
    • La publicité locale sur Facebook et Instagram

     

    L’adhésion Petitscommerces comprend : 

    • L’hébergement du portait du commerce sur Petitscommerces 
    • Un outil de Drive-to-store
    • L’accès à un espace commerçant dédié (outils de statistiques, possibilités de mise à jour du portrait, formations vidéos sur des outils de communication numérique, coach numérique dédié, services premium)

     

    Il est entendu que l’ensemble du contenu du portrait (photos, textes) est librement utilisable par le client.

     

    Article 3 : Conditions financières

     

    Le prix des prestations est fixé à :

    Création du portrait du commerce : 350 € HT

    Adhésion Petitscommerces : 9 € HT / mois ou 90 € HT / an (selon la formule choisie)

     

    Article 4 : Entrée en vigueur et durée du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client prend effet à compter de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire. Il est sans engagement ou avec engagement d’un an (selon la formule choisie).

     

    Article 5 : Résiliation du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client est renouvelable par tacite reconduction sauf dénonciation par le client, dix (10) jours ouvrés avant son expiration par lettre ou courriel. 

    En cas de résiliation, le portrait du commerce et l’accès à l’espace commerçant sont supprimés de Petitscommerces.

     

    Article 6 : Facturation et paiement 

     

    • Portrait du commerce 

    Le portrait du commerce est facturé le jour de sa validation par le client sur petitscommerces.fr/partenaire. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire le jour de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire.

     

    • Adhésion Petitscommerces sans engagement :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée chaque trimestre à terme échu.

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).

     

    • Adhésion Petitscommerces avec engagement d’un an :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).