Études, Revue de Presse

Consommation. Les Français attachés au commerce de proximité

À l’heure où internet bouleverse les habitudes des consommateurs, nombre de Français demeurent attachés aux commerces de proximité, selon un sondage réalisé par BVA pour la presse régionale (*). 

La boulangerie a ses fidèles. Le petit commerce n’a pas dit son dernier mot. La boulangerie est de loin la boutique où les Français se rendent le plus souvent (96 % dont 62 % y vont régulièrement). En moyenne, ils parcourent 2,4 kilomètres pour acheter leur baguette de tradition ou leur pain au sésame…

Les magasins de prêt-à-porter (86 %) et les marchands de fruits et légumes (81 %) attirent aussi une clientèle fidèle, les cavistes, eux, sont en bas du tableau (43 %), seuls 6 % des consommateurs s’y rendant régulièrement. La distance y est sans doute pour quelque chose : huit kilomètres pour dénicher le cru idéal, alors qu’il y a moins de chemin à faire pour aller dans une boucherie (4,2 km) ou chez un fleuriste (4,3 km). Assez logiquement, les habitants des communes rurales avalent plus de bitume : 4, 4 km pour chercher le pain, 8 km pour la boucherie, 9 km pour le fleuriste (en comparaison, 2,4 km pour ceux qui habitent une agglomération de plus de 100 000 habitants), 14 km pour trouver une librairie et 17 km pour un magasin de vêtements…

Les poissonneries manquent à l’appel. Dans l’ensemble, une majorité de Français se disent satisfaits de la proximité des différents commerces aux alentours de leur domicile. Là encore, la boulangerie demeure en tête de gondole (93 %). Mais il y a aussi des regrets : plus d’un sondé sur deux (51 %) déplore ainsi le manque de poissonneries près de chez eux : riche en protéines, le poisson garde la cote ! La nourriture spirituelle fait, elle aussi, parfois défaut, au grand dam des Français qui sont 41 % à déplorer le manque de librairies près de chez eux. Ils aimeraient également plus de marchands des quatre saisons.

Pour l’ouverture de commerces le dimanche.

Alors que la question de l’ouverture dominicale refait surface, près des deux tiers des Français interrogés (65 %) souhaiteraient justement que davantage de commerces de proximité lèvent le rideau le dimanche, en particulier dans l’agglomération parisienne (83 %). Ils sont 56 % à le demander dans les communes rurales.

Quant au développement des services de livraison, il intéresse un sondé sur deux, surtout ceux qui habitent à la campagne.

Le virage numérique change-t-il les habitudes ? Moins de la moitié des Français (47 %) est séduite par le paiement mobile avec un smartphone (le taux atteint tout de même 54 % parmi les jeunes de 15-34 ans). Là encore, la ville et la campagne se distinguent : 55 % des habitants de l’agglomération parisienne trouvent en effet que ce mode de paiement est une bonne idée.

La géolocalisation n’est pas du goût de tout le monde : près de trois quarts des personnes interrogées (73 %) ne veulent pas se faire « repérer » pour obtenir des offres commerciales pertinentes.

Autre enseignement de cette enquête : si les achats en ligne sont aujourd’hui monnaie courante, 78 % des Français considèrent que l’e-commerce représente une menace pour les magasins de proximité. Les 18-24 ans (34 %), à l’inverse, répondent naturellement non.

* Enquête réalisée par internet, du 17 au 20 septembre 2018, auprès d’un échantillon de 1 200 personnes représentatif de la population française.

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur LeTelegramme.fr

Journaliste : Claudine Lanchec

Source : Le Télégramme

Copyright Photo : François Destoc et Claude Prigent

A propos de l'auteur

Nos articles sur le sujet

Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera pas visible.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.