En quête de sens, des jeunes diplômés français plaquent tout pour devenir artisan

en-quete-de-sens-des-jeunes-diplomes-francais-plaquent-tout-pour-devenir-artisan
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

De plus en plus de jeunes diplômés n’hésitent plus à renoncer à une carrière toute tracée pour un métier manuel moins bien payé mais plus épanouissant.

Encore quelques coups de lime et l’épaisse planche à cuisiner en bois massif sera fin prête: dans son petit atelier parisien, Morgane Ricada ne regrette en rien son ancien emploi “superficiel” de chargée de communication.

Devenue ébéniste, la jeune femme aux lunettes marrons à écailles s’active, entourée de ses créations, pour honorer ses nombreuses commandes. Sur les étagères s’amoncellent pêle-mêle ustensiles de cuisine, plateaux et objets de décoration. Un décor bien différent de son ancien bureau quitté fin 2014.

[…]

– Un travail devenu abstrait –

Ces reconversions parfois radicales font régulièrement la Une des magazines. De plus en plus de jeunes diplômés n’hésitent plus à renoncer à une carrière toute tracée pour un métier manuel moins bien payé mais plus épanouissant.

Selon une étude de l’Institut supérieur des métiers parue en 2013, 26% des nouveaux chefs d’entreprises artisanales étaient diplômés du supérieur en 2010, contre 15% en 2006.

“Les métiers sont devenus très spécialisés, la division du travail est de plus en plus poussée et beaucoup de gens ont l’impression qu’ils ne servent à rien”, analyse Jean-Laurent Cassely, auteur d’un essai consacré au phénomène.

Dans “La révolte des premiers de la classe” paru en mai dernier, le journaliste dissèque les évolutions d’un monde du travail chahuté par “une transformation numérique très rapide de l’économie”, où de “plus en plus de gens se retrouvent derrière un ordinateur à gérer des projets virtuels”.

Par contraste, dans les métiers de l’artisanat “on voit immédiatement ce qui sort de son travail”.

Dans un pays où rester dans la même entreprise toute sa carrière a longtemps été perçu comme une réussite, les mentalités évoluent. Ainsi, 85% des Français jugent qu’il est bon de changer de métier, selon un sondage Odoxa réalisé en juin.

[…]

“De plus en plus, les consommateurs veulent (…) que les produits ou services qu’ils consomment aient une sorte de supplément d’âme. Dans une société de consommation un peu à bout de souffle que tout le monde à tendance à rejeter, ces nouveaux artisans ont cette capacité à capter ces attentes car c’est une population qui ressemble à sa clientèle”, conclut l’auteur.

Source : AFP

Copyright Photo : AFP – IROZ GAIZKA

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

mood_bad
  • Pas encore de commentaires
  • chat
    Participez à la discussion !

    Suivez Petitscommerces sur les réseaux sociaux !

    Recevez chaque semaine notre newsletter
    sur le commerce de proximité

    Conditions générales de vente. 

     

    La société PETITSCOMMERCES, SAS au capital de 10 000 € immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le N° 832825137 dont le siège est situé au 97 rue des Moines, 75017 Paris, est représentée par son Directeur Général, M. Maxime BEDON.

     

    Article 1 : Objet 

     

    Les présentes CGV concernent la création du portrait du commerce et l’adhésion Petitscommerces. 

     

    Article 2 : Contenu et modalités

     

    La création du portrait du commerce comprend :

    • Le déplacement en boutique
    • Le reportage photo
    • L’interview
    • La rédaction du portrait
    • La publication du portrait sur Petitscommerces (www.petitscommerces.fr)
    • Le référencement optimisé du portrait sur Google
    • La publicité locale sur Facebook et Instagram

     

    L’adhésion Petitscommerces comprend : 

    • L’hébergement du portait du commerce sur Petitscommerces 
    • Un outil de Drive-to-store
    • L’accès à un espace commerçant dédié (outils de statistiques, possibilités de mise à jour du portrait, formations vidéos sur des outils de communication numérique, coach numérique dédié, services premium)

     

    Il est entendu que l’ensemble du contenu du portrait (photos, textes) est librement utilisable par le client.

     

    Article 3 : Conditions financières

     

    Le prix des prestations est fixé à :

    Création du portrait du commerce : 350 € HT

    Adhésion Petitscommerces : 9 € HT / mois ou 90 € HT / an (selon la formule choisie)

     

    Article 4 : Entrée en vigueur et durée du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client prend effet à compter de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire. Il est sans engagement ou avec engagement d’un an (selon la formule choisie).

     

    Article 5 : Résiliation du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client est renouvelable par tacite reconduction sauf dénonciation par le client, dix (10) jours ouvrés avant son expiration par lettre ou courriel. 

    En cas de résiliation, le portrait du commerce et l’accès à l’espace commerçant sont supprimés de Petitscommerces.

     

    Article 6 : Facturation et paiement 

     

    • Portrait du commerce 

    Le portrait du commerce est facturé le jour de sa validation par le client sur petitscommerces.fr/partenaire. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire le jour de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire.

     

    • Adhésion Petitscommerces sans engagement :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée chaque trimestre à terme échu.

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).

     

    • Adhésion Petitscommerces avec engagement d’un an :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).