Comment tester son concept avant d’ouvrir sa boutique ?

comment-tester-son-concept-avant-de-lancer-son-commerce-blog-petitscommerces-copyright-designed-by-graphiqastock-freepik
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tester son concept avant d’ouvrir sa propre boutique, c’est aujourd’hui possible !


Depuis quelques années, les boutiques éphémères ou “pop-up stores” se multiplient dans les grandes villes. Le principe : ouvrir un point de vente par surprise et de manière temporaire (quelques jours, semaines, mois tout au plus) afin de vendre un produit saisonnier, lancer un produit, créer un événement, ou simplement tester un quartier en vue d’une ouverture définitive. L’idéal pour un futur commerçant qui souhaite tester son concept ? Oui, mais hors de portée de la majorité des entrepreneurs, la location d’un tel local coûtant de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’euros par jour dans les grandes villes !

En effet, les marques ont bien compris l’intérêt d’avoir un local et n’hésitent pas à payer très cher pour créer l’événement (“faire le buzz”), quitte à ce que l’opération, commercialement parlant, ne soit pas rentable. Mais il existe d’autres solutions pour les commerçants en herbe ! Dans cet article, on vous en présente plusieurs pour lancer votre commerce en minimisant les coûts et donc les risques.


Comment ouvrir un commerce temporairement et éviter le fameux 3-6-9 ?


Les boutiques à l’essai, une initiative qui ne cesse de faire des petits !

Ma Boutique à l’Essai est l’une des premières initiatives à avoir permis à des porteurs de projet de tester un concept sans risque pendant six mois ! Tout est parti d’un local vide dans la petite ville de Noyon dans l’Oise. Le principe ? Un bail dérogatoire (6 mois, renouvelable 1 fois), un loyer réduit (de 20 à 30% environ), des travaux et divers services (comptable, banque, assurance, communication…) à prix préférentiels mais aussi un accompagnement à la création d’entreprise. Si le test est concluant, le porteur de projet restera dans ce local et une autre cellule sera identifiée pour lancer un nouvel appel.

Lancée en 2013, l’opération a été un succès, puisque non seulement la boutique est toujours en activité (Mademoiselle Claire) mais une deuxième s’est installée depuis (Adèle et Louis) et le concept a été dupliqué aux quatre coins de la France (Mende, Maubeuge, Le Creusot, Pontivy, Sorgues…) sous le nom de « Ma boutique à l’Essai ». En 2017, près de 50 boutiques à l’essai devraient ainsi voir le jour.

Concrètement, la Fédération des Boutiques à l’Essai accompagne les villes intéressées pour développer ce système sur leur territoire. Ce sont ensuite les villes qui réalisent des appels à candidature pour sélectionner les projets. Les projets retenus sont souvent des coups de coeur du jury, alors n’hésitez-pas à postuler ! Pour connaître les villes participantes, rendez-vous sur le site web de Ma Boutique à l’essai et sur leur page Facebook. 

Jeloueuneboutique.com, premier site de location éphémère de boutiques en centre-ville

A l’initiative de la Fédération nationale des centres-villes (Les Vitrines de France) – qui rassemble les associations de commerçants, les collectivités et les chambres de commerce – le site jeloueuneboutique.com publie gratuitement des annonces de locaux vacants en centre-ville, que vous pouvez louer de manière temporaire. En effet, la plupart des baux  sont de courte durée dits “précaires” ou saisonniers pour certaines activités. Ce site permet de mettre en relation les porteurs de projet et les propriétaires de locaux, en permettant aux premiers de se lancer sans les contraintes des baux de longues durées et aux seconds de contribuer à la revitalisation des centres-villes.

Le Testeur de commerce de la SEMAEST à Paris

A Paris, où les loyers sont souvent trop chers pour les petits commerçants en devenir, la SEMAEST (Société d’économie mixte d’aménagement de l’Est parisien) a lancé une initiative originale : le Testeur de commerce. L’organisme de la Mairie de Paris, qui achète régulièrement des locaux pour les louer à des commerçants a décidé d’en louer certains temporairement à des entrepreneurs qui souhaitent tester un produit ou une activité, et ce sur une durée allant de 15 jours à 4 mois.

Plus de 20 porteurs de projet ont déjà expérimenté leur concept dans un des deux testeurs de commerce de la SEMAEST. Parmi eux, des entrepreneurs du “web”, qui sont tentés d’ouvrir une boutique physique après le succès de site e-commerce. L’initiative a été saluée par les commerçants comme les habitants et un nouveau testeur, cette fois dédié à l’artisanat, ouvrira bientôt ses portes dans le 12ème arrondissement de la capitale.

Une solution intéressante à Bordeaux au Comptoir Saint-Rémi

Zoom sur une initiative similaire dans le sud-ouest. Dans le centre-ville de Bordeaux, le Comptoir Saint-Rémi permet à trois commerçants de disposer d’un local pour tester leur projet. A l’origine du projet, la couveuse d’entreprise Anabase, qui loue un espace de vente pendant 6 mois à des “apprentis commerçants”. Attention, pour être sélectionné, les commerces en devenir doivent avoir une activité en lien avec la thématique éco-responsable et locale, qui correspond à l’identité du Comptoir Saint-Rémi.


Comment identifier l’emplacement idéal pour ouvrir son commerce ?


Installez-vous là où on vous attend avec MADEINVOTE

Imaginez ouvrir votre boutique là où l’on vous attend. C’est le pari de MADEINVOTE, une startup qui vous permet de tester la demande pour votre concept et de déterminer l’emplacement idéal pour votre futur commerce. Comment cela fonctionne ? Cette jeune société va tout simplement interroger, via les réseaux sociaux, les habitants sur leurs habitudes et leurs besoins en matière de commerces et identifier les quartiers où votre projet est le plus plébiscité !

Contrairement aux études de marchés classiques qui reposent sur des statistiques  démographiques et professionnelles, MADEINVOTE va directement s’adresser aux habitants d’un quartier et sonder leur intérêt pour votre commerce. Vous augmentez ainsi vos chances de réussite car vous vous installerez seulement là où vous répondez à une demande ! Ce genre d’études est aussi un gage de sérieux auprès de votre banque, de votre banque et même de vos fournisseurs. De quoi faciliter la mise en oeuvre de votre projet. 

Cerise sur le gâteau, vous pourrez maintenir le contact avec vos soutiens et inviter les habitants qui ont voté pour votre commerce à votre inauguration ! Vous êtes ainsi rassurés pour l’ouverture car vous disposez d’une première base de clients qui n’attendent que vous ! C’est ce qui s’est passé au restaurant Raphaël H, installé rue de Clichy à Paris suite à l’étude poussée réalisée par la startup. Enfin, MADEINVOTE permet aussi aux bailleurs de trouver les commerces les plus pérennes à installer dans leurs locaux ! Pour inscrire votre projet de commerce, rendez-vous sur le site de MADEINVOTE. 

CMARUE, l’appli qui permet de choisir les commerces de son quartier

Avec une approche similaire, l’application CMARUE permet aux habitants de choisir les commerçants qu’ils souhaiteraient voir s’installer dans les boutiques vacantes de leur quartier. Pour les commerçants, l’appli permet à la fois de connaître les besoins des habitants en vue de s’installer et de faire évoluer leur offre en fonction des attentes de leurs futurs clients !

Concrètement, les habitants se géolocalisent sur l’appli ou sur cmarue.fr et expriment leurs besoins pour les locaux commerciaux vacants situés près d’eux. Ces besoins peuvent être très larges (S’alimenter, se divertir, faire plaisir…) ou plus précis (livraison à domicile par exemple). Ensuite, les trois besoins les plus exprimés sur un même local sont adressés aux bailleurs qui disposent d’un “Mandat généré par les habitants” pour trouver le commerçant souhaité.

Soutenue par la SEMAEST, CMARUE s’est lancée dans le 19ème arrondissement de Paris et devrait s’étendre dans les mois à venir dans d’autres quartiers parisiens. Une cinquantaine de locaux sont déjà recensés et plusieurs futurs commerçants ont soumis un projet !

Et voilà, l’équipe Petitscommerces espère que vous avez appris des choses 🙂 Des questions ? Nous sommes là pour vous conseiller, n’hésitez pas à nous contacter ! 

Profitez d’avantages exclusifs sur des solutions dédiées aux futurs commerçants en rejoignant le Club Petitscommerces ! 

Source : CMARUE, MADEINVOTE, FNCV, Fédération des boutiques à l’essai, le journal des entreprises

Vous avez aimé ? Alors ces articles devraient vous intéresser !

mood_bad
  • Pas encore de commentaires
  • chat
    Participez à la discussion !

    Suivez Petitscommerces sur les réseaux sociaux !

    Recevez chaque semaine notre newsletter
    sur le commerce de proximité

    Conditions générales de vente. 

     

    La société PETITSCOMMERCES, SAS au capital de 10 000 € immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le N° 832825137 dont le siège est situé au 97 rue des Moines, 75017 Paris, est représentée par son Directeur Général, M. Maxime BEDON.

     

    Article 1 : Objet 

     

    Les présentes CGV concernent la création du portrait du commerce et l’adhésion Petitscommerces. 

     

    Article 2 : Contenu et modalités

     

    La création du portrait du commerce comprend :

    • Le déplacement en boutique
    • Le reportage photo
    • L’interview
    • La rédaction du portrait
    • La publication du portrait sur Petitscommerces (www.petitscommerces.fr)
    • Le référencement optimisé du portrait sur Google
    • La publicité locale sur Facebook et Instagram

     

    L’adhésion Petitscommerces comprend : 

    • L’hébergement du portait du commerce sur Petitscommerces 
    • Un outil de Drive-to-store
    • L’accès à un espace commerçant dédié (outils de statistiques, possibilités de mise à jour du portrait, formations vidéos sur des outils de communication numérique, coach numérique dédié, services premium)

     

    Il est entendu que l’ensemble du contenu du portrait (photos, textes) est librement utilisable par le client.

     

    Article 3 : Conditions financières

     

    Le prix des prestations est fixé à :

    Création du portrait du commerce : 350 € HT

    Adhésion Petitscommerces : 9 € HT / mois ou 90 € HT / an (selon la formule choisie)

     

    Article 4 : Entrée en vigueur et durée du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client prend effet à compter de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire. Il est sans engagement ou avec engagement d’un an (selon la formule choisie).

     

    Article 5 : Résiliation du contrat

     

    Le contrat entre Petitscommerces et le client est renouvelable par tacite reconduction sauf dénonciation par le client, dix (10) jours ouvrés avant son expiration par lettre ou courriel. 

    En cas de résiliation, le portrait du commerce et l’accès à l’espace commerçant sont supprimés de Petitscommerces.

     

    Article 6 : Facturation et paiement 

     

    • Portrait du commerce 

    Le portrait du commerce est facturé le jour de sa validation par le client sur petitscommerces.fr/partenaire. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire le jour de la validation du portrait sur petitscommerces.fr/partenaire.

     

    • Adhésion Petitscommerces sans engagement :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée chaque trimestre à terme échu.

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).

     

    • Adhésion Petitscommerces avec engagement d’un an :

    L’adhésion débute le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    L’adhésion est facturée le 1er jour du mois suivant la publication du portrait du commerce. 

    Le paiement se fait par prélèvement bancaire à échéance de la facture (30 jours).